Sep 302012
 

Je n’ai jamais été pacifique. Jamais. Mais j’ai un job qui me correspond bien. Je suis dans le batiment. Plus exactement, dans la destruction de bâtiment et la mort de ses occupants. Tueur à gage quoi, sauf que mes employeurs connaissent mon penchant pour la destruction massive, et que c’est pour ca qu’ils m’engagent. Après mon passage, il ne reste en général plus rien. Ni homme, ni murs, ni objets. Juste une grande surface calcinée et morte. Impossible donc de remonter jusqu’à eux.

Toutes mes opérations se déroulent de la même manière : Nikos charme les gardes aux portes d’entrée par tous les moyens. Parfois en se déguisant en femme, en faisant livrer des pizzas, en mettant un bon match au pub irlandais du coin ou juste avec une bonne mousse. Ce gars connait tous vos points faibles et vous ferait faire n’importe quoi. Même ouvrir la porte à des cinglés comme nous. Puis c’est Obs et Emfy qui font le boulot. Emfy, c’est la copine d’Obs. Quand elle bosse, il bronche pas, il admire. Quand il bosse, elle l’encourage en gueulant comme une cheerleader. Emfy est une garce. Si tu lui montres un mur, elle le bousille, et c’est tant mieux, je la paye pour ca. De toute façon, elle peut pas s’en empêcher : il faut qu’elle fonce dedans, qu’elle distende les parois. Jamais assez de place pour cette fille, elle a la folie des grandeurs. La dentelle, c’est pas son truc, non, quand elle passe, tout trépasse. Je l’ai même déjà vu bousiller des canalisations, c’est pour dire. N’empêche, elle a une de ses classes dans sa petite combi noire… Obs lui, c’est le mec lourd de chez lourd. S’il avance dans le couloir, tu peux crever pour réussir a doubler. Il prend son temps, tout en finesse. Et punaise, il sourit tout le temps. Il bouffe en souriant, il boit en souriant, il tue en souriant. Au contraire d’Emfy qui est chargée de la casse, lui son truc c’est les pièges. Ne serait ce pour qu’on se fasse pas attraper par les poulets. Si tu rentres dans un endroit où il est passé, t’as intérêt à faire gaffe où tu poses les pieds. Ses mines font la taille d’un cheveu. Mais au moins, une mine ca explose proprement. J’ai jamais réussi à m’y faire à ses poisons qui stagnent dans l’air ambiant, où à ses colonies de bestioles qui envahissent les murs. Je trouve ca lâche… Tu respires ca, tu touches ca, tu crèves, sans savoir pourquoi, mais tu douilles bien et les murs s’effritent sans que tu t’en rendes compte, mais un jour, il ne reste que de la moisissure. L’autre truc que j’aime pas chez Obs, c’est qu’en plus d’être gros, il se ballade avec son fatras, et il en oublie un peu partout. Il sème des cartons de matos et des emballages de bouffe partout où il passe. M’enfin, chacun ses vices, et il est trop compétent pour ne pas être engagé.

Ensuite on quitte l’endroit, et en vitesse.

Un jour, j’suis resté près de l’immeuble le temps du processus, avec une tente, un thermos de café, et des sandwichs au beurre de cacahuète. J’me croyais au ciné à regarder un bon film en 3D, son surround, haute définition. Le pied. Les salles qu’Emfy à dégommé, pas de soucis, sauf quand parfois elles explosent parce que les fondations tiennent plus. Auquel cas, la barraque est foutue rapidement. Mais en général, c’est le bordel d’Obs qui fait s’écrouler le truc. Je sais pas comment expliquer. Même à distance, tu sais et tu sens que ça suinte de pourriture. T’as des mines qui s’enclenchent au passage d’un rat et là, bam, c’est une pièce qui explose, dégueulant des miasmes et des poisons qu’il avait mis. Ca fait un joli spectacle, mais à l’intérieur, ca doit pas être la joie. Le pire, c’est quand les cibles rentrent chez elles, persuadées que leurs gardes ont été efficaces. Les cris qu’elles poussent en voyant l’état des lieux, tu les entends résonner longtemps. Tu sais qu’ils ont envie de sortir, mais qu’ils sont empêtrés entre l’horreur de ce qu’ils voient et les pièges d’Obs, surtout. Vraiment pas la joie j’vous ai dit. Ils auraient mieux fait de rester en vacances. La fin, on la connait tous. Les types meurent, et la maison s’écroule.

J’adore mon taff. Mon nom, si vous avez besoin de moi, c’est BPCO. Bronchopneumopathie Chronique Obstructive dixit mon acte de naissance, mais c’est trop long, je préfère BPCO. Nikos est parfois connu sous le pseudo de Nicotine, Emfy d’Emphysème et Obs d’Obstruction Bronchique. Casser du poumon, c’est le pied.

Août 132012
 

Les fleurs de Bach, j’en entends parler depuis ma jeunesse, la seconde femme de mon père ne jure que par ça. D’ailleurs avant de m’y intéresser concrètement, j’avais eu recours au Rescue déjà 2 fois. J’ai commencé à vraiment m’en préoccuper il y a 3 ans, quand je n’allais pas très bien et que mes émotions (oh combien nombreuses et tumultueuses) se manifestaient tant que je n’y voyais plus clair. Et je ne voyais pas comment gérer tout ça. Comme souvent, me posant la bonne question, la réponse est venue d’elle-même, au travers d’une rencontre. Et nous avons parlé des fleurs de Bach, entre autres, et la demoiselle en question m’a alors conseillé le livre cité en source au bas de cet article.

Je pourrais vous pondre une resucée des chapitres d’introduction du bouquin mais je vois mal l’intérêt. Si le sujet vous interpelle, je ne saurais trop vous le conseiller (le bouquin). Je vais plutôt partager ce que j’en ai compris, de façon personnelle.

Bach est un docteur ayant travaillé sur l’homéopathie. Cette façon de se soigner est basée (en simplifiant) sur un principe simple (mais non prouvé scientifiquement), utilisé également dans la vaccination : ingérer une fraction minime d’une plante pouvant vous infliger les mêmes symptômes que le mal qui vous ronge. Jusque là, rien de révolutionnaire (quoique…). Sauf que les fleurs de Bach ne soignent pas un mal physique mais un mal psychique, un déséquilibre de sa balance émotionnelle personnelle.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Je crois que je jalouserais encore un moment les gens qui n’ont pas de déséquilibres émotionnels. J’avoue, j’ai des peurs incontrôlables parfois, des dépendances, mon ego prend le dessus de temps à autre. Tout ceci, tant que cela n’est pas dans une mesure saine peut-être considéré comme un déséquilibre émotionnel. De fait, Bach définit 7 états d’âme sur lesquels toutes les émotions peuvent trouver racine :

–         la peur

–         l’incertitude

–         l’indifférence

–         la solitude

–         la dépendance

–         le découragement

–         l’altruisme

Bon et alors ? Ya des plantes qui induisent ces émotions ? Pas tout à fait mais presque. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe ce qu’on appelle le langage des plantes. Je vais vous donner un exemple simple. Le Narcisse symbolise l’égoïsme. Je ne serais pas surprise d’apprendre qu’un élixir de cette fleur aide à tempérer cet aspect de la personnalité. D’ailleurs, je dis tempérer et non soigner. Pourquoi ? Je pense qu’il serait naïf de croire que l’on puisse écraser une émotion, juste comme ça. Par contre, une fois celle-ci tempérée, il est bien plus aisée de la comprendre puisqu’elle ne nous parasite plus. Je pense que vous avez compris le principe.

Pour couper court, je vais vous donner quelques indications supplémentaires en vrac. Il n’y a pas de médecin de Bach, de même que personne ne peut vous prescrire d’élixir, tout cela se fait en autoanalyse. Bien évidemment, il n’est pas facile de tomber juste du premier coup, les erreurs sont nombreuses et sans conséquences et en discuter aide à mieux comprendre comment chaque élixir fonctionne. C’est pas comme si vous vous shootiez aux barbituriques, ça se consomme en gouttes un peu tous les jours et ce sont des plantes ! Donc pas de peurs de faire des erreurs, cela vous permet simplement d’affiner votre diagnostic. Par contre, il est certain que cette auto-analyse va de paire avec un développement de soi. Qui suis-je ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Mais le lien, existant ou pas, entre cette méthode et la spiritualité au sens large est d’une part très subjectif et d’autre part peut être dangereux (il y a d’ailleurs un chapitre à ce sujet dans le livre).

Les effets sont en général quasi immédiats. On peut les ingérer direct sur la langue ou diluées dans un verre d’eau et on peut en prendre plusieurs en même temps (ce que l’on nomme un complexe, le Rescue en est un). Le livre conseillé plus bas répertorie les principales fleurs de Bach et leurs applications, elles se trouvent en pharmacie ou à l’herboristerie voire dans certains magasins bio.

Source

Le guide des fleurs du Dr Bach – Paul Ferris, édition MARABOUT